[Série] The Confession Tapes

Je suis passionnée de documentaires qui racontent les vies humaines, les histoires intimes, les blessures personnelles, ou encore les destins tragiques. La série Netflix The Confession Tapes se situe clairement dans la dernière catégorie.

the confession tapes

De quoi s’agit-il ?
Comme son nom l’indique, il s’agit de confessions enregistrées, d’aveux filmés, qui sont utilisées au cours de procès de criminels. Sur 7 épisodes, le documentaire s’est intéressé à 6 affaires en particulier. Ces affaires ont toutes une chose en commun, les preuves n’étaient pas suffisantes pour incriminer les coupables, le jugement a été établi principalement à partir de ces aveux. Les vidéastes interrogent les proches des accusés, leur famille, leurs amis, mais aussi les acteurs de la défense, les enquêteurs, les juges, les membres du jury. Chacun raconte sa version des faits, sa vision de l’affaire. Mais en observant toutes les preuves, et en ne se concentrant que sur l’aspect scientifique des crimes, le doute reste présent. Les éléments des enquêtes ne permettent pas d’affirmer sans le moindre doute que les accusés sont bel et bien coupables. Ceux-si sont jugés à partir de leurs aveux filmés. Sauf que. Et si ces confessions étaient des mensonges ?

Pourquoi une personne innocente avouerait-elle avoir commis un crime ? C’est ce qu’esssaye d’expliquer cette série. En retraçant le parcours de chaque enquête, les vidéastes s’intéressent aux conditions des interrogatoires qui ont été menées par les officiers de police pour soutirer ces aveux. Pas de violence, pas de coups, pas de torture. Si ce n’est une torture psychologique.

Des experts viennent étayer en quoi ces aveux n’auraient pas dus être retenus en tant que preuve : manipulation, harcèlement, chantage, extrême fatigue… Certains interrogatoires ont duré plus de 10 heures, certains ont été filmés seulement pendant les dernières minutes. À ce moment l’accusé, fatigué, usé, détruit, se laisse convaincre que si les policiers disent qu’il a commis ce crime sans s’en rendre compte et que ce n’est pas sa faute, qu’il va rentrer à la maison une fois l’avoir admis, craque et se dit que les représentants de la loi ont peut-être raison. Peut-être qu’il y a une part de moi qui a agit hors de ma conscience. C’est arrivé par ma faute, même si je ne le voulais pas.

The confession tapes

Toutes ces manipulations psychologiques sont mises en évidence dans le documentaire The Confession Tapes. Et on en vient à comprendre qu’on peut faire admettre à peu près n’importe quoi à n’importe qui, grâce à la manipulation psychologique et la détresse émotionnelle des personnes accusées à tort, qui ont souvent perdu des proches dans ces histoires.

C’est un plaidoyer contre la torture, qu’elle soit mentale ou physique. Cette série montre que les aveux ne constituent pas une preuve scientifique, acceptable au-delà de tout doute, lorsque l’accusé ne les délivre pas de lui-même. Une vraie réflexion sur le système judiciaire (américain en l’occurrence), dont les failles sont humaines : enquêteurs, juges, jurés, médias.

Après avoir vu ces épisodes, si j’étais juré dans un de ces procès, je ne pourrais sans doute pas me prononcer sur un verdict clair. Mais je ne pourrais accuser ces personnes d’être coupables, le doute serait trop gros. Et dans ce genre de jugement, c’est clairement la vie de plusieurs personnes qu’on tient entre ses mains. De l’accusé, de ses proches, son conjoint, ses enfants.

Ces images m’ont donné à réfléchir sur l’éthique, la justice, les choix moraux, les failles de l’humain. Notre système judiciaire est loin d’être parfait, mais les acteurs qui y travaillent n’ont pas une tâche facile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*