Semaine spéciale sorcières

La semaine spéciale sorcières touche à sa fin sur ma page Facebook. Si vous avez suivi les publications quotidiennes (que je vous liste en fin d’article), vous avez pu voir que c’est avant tout l’angle féministe et son actualité qui m’intéresse. La sorcière moderne, oui, mais ancrée dans un combat pour sa communauté et un monde meilleur. Celle qui rejette les codes de la société actuelle, qui se réfugie dans spiritualité en quête de sens et d’actions à mener. Celle qui privilégie les liens vibratoires aux connexions superficielles. Celle qui imagine, qui créé, qui se remet en question. Celle qui soigne son corps, la nature, l’univers, par le biais de l’intuition et de la gratitude.

Pour clôturer cette semaine particulière, je vous partage ici 3 ouvrages que j’ai repérés (mais pas encore lus) et qui viendront compléter ma réflexion sur le sujet.

Socières, Mona Chollet

“Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ? Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant – puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Je suis tombée dessus en tête de gondole à la Fnac. Un signe clair, net et précis. C’est d’ailleurs cette sorte d’appel qui m’a incitée à faire une semaine spéciale sorcières sur Facebook.

Âme de sorcière, Odile Charillac

“Féministes avant l’heure, les sorcières ont laissé en héritage leurs savoirs et leurs pouvoirs, autant de clés au service d’une féminité libre et puissante.
Symbole subversif de la révolte féministe, la figure de la sorcière est aujourd’hui de retour, prête à questionner nos choix, notre rapport au monde, à la nature, au corps, à la rationalité, à la sexualité… Et ce qu’elle a à nous apprendre peut réellement changer nos vies. Loin du folklore et des clichés, les sorcières sont porteuses d’un savoir riche et multiple, qui dérange et bouscule l’ordre établi. Pourquoi les a-t-on massacrées au XVe siècle, pourquoi a-t-on cherché à les oublier ? Car elles ont osé, en leur temps, défier l’église, l’autorité (masculine en particulier) et l’idée même de propriété ; elles savaient dire ” oui ” lorsqu’elles avaient envie et ” non ” quand elles le pensaient.
Se réapproprier leur histoire, leurs savoirs, leurs pouvoirs, c’est autoriser chaque femme à retrouver sa puissance, en faisant d’elle une digne héritière des guérisseuses et des sages-femmes d’antan. C’est ouvrir de nouveaux possibles, dans tous les champs (politique, artistique, écologique, philosophique, humain surtout), c’est oser se revendiquer différente, puissante et néanmoins bienfaisante.
Cette lecture contemporaine de l’héritage des sorcières résonne avec acuité à l’heure du renouveau féministe.
– Une petite histoire des sorcières : ce que l’on sait aujourd’hui des sorcières, ce qu’elles représentaient, pourquoi elles ont été chassées…
– Les pouvoirs et les savoir-faire des sorcières, autant de champs d’exploration du féminin, du bien-être et de développement personnel : la nature comme espace d’authenticité et de liberté. La liberté de parole, du corps, de la sexualité (nudité, polyamour, transgression des tabous…). L’émancipation via la solidarité féminine. Le travail manuel : cuisine, jardin secret, travail de la terre, du bois. Les recettes médicinales et le secret des plantes pour soigner et guérir (phytothérapie, aromathérapie…). Les rituels : l’art du feu, musique, formules magiques, kundalini, tarot, des techniques pour charger un lieu, augmenter son taux vibratoire, booster son intuition…”

On le voit partout sur Instagram ! Ce livre est plébiscité par l’ensemble de la communauté spirituelle des réseaux sociaux. Un indispensable qu’il faut que je me procure.

La puissance du féminin, Camille Sfez

“Vous faites partie de celles qui aspirent à plus de sens, à plus d’authenticité ou à une vie plus naturelle ? Vous vous interrogez sur votre contribution au monde ? Ces envies cachent souvent un besoin de renouer avec votre puissance féminine profonde.
Un peu partout sur la planète, des femmes se rassemblent au sein de cercles de parole pour cheminer avec authenticité vers l’expression de leur plein potentiel. Ces femmes ne se pensent pas en opposition aux hommes et en sont encore moins les victimes. Elles veulent reprendre leurs pouvoirs et trouver leur place dans la société, portées par le lien qui les unit. L’enjeu ? Se changer pour transformer le monde.
Découvrez ce merveilleux chemin de transformation intérieure :
– Apprenez à faire la paix avec votre corps de femme : le cycle menstruel marque les âges de la femme, et rappelle la magie de la Nature.
– Révélez votre féminin profond grâce à des rituels : loin de vos rôles professionnel, de mère ou d’épouse, retrouvez du temps pour nourrir votre âme et votre identité féminine, au quotidien.
– Renouez avec votre puissance « sauvage », cette femme non lissée par la société qui se dévoile et se rassemble avec d’autres dans les tentes rouges ou les cercles de femmes.
Cet ouvrage est la clé pour ouvrir la conscience vers le « féminin sacré », réconciliant l’âme, le coeur et l’esprit.
Avec les témoignages de Carol Anpo Wi, Lise Coté, Delphine Lhuillier, Marisa Ortolan, Alisa Starkweather, Maïtie Trelaun.”

La sorcière n’est pas explicitement citée mais on trouve tout de même dans ce livre sur le féminin sacré, de nombreux thèmes communs. Un vrai succès lors de sa publication auprès de la communauté du bien-être au féminin.

Agenda de pratique : 365 jours pour développer ses capacités créatives et magiques, Lisbeth Nemandi

“À l’ère du bullet journal, profitez de cet agenda sorcier pour organiser votre quotidien magique au fil des semaines et de l’année 2019. Retrouvez vos avancées quotidiennes, vos victoires sur vous-même, fixez-vous des objectifs, des marches à atteindre, des livres à lire et avec ce journal enclenchez une vie différente, résolument pro-active, en retrouvant les anecdotes sorcières, les informations astronomiques et astrologiques, les dates importantes pour l’année sorcière 2019. Ajoutez les vôtres, dessinez, collez, customisez votre agenda 2019, et faites-en l’essence de votre bien-être et de votre réussite à venir.”

Pour finir, je vous partage cette agenda de pratique ésotérique et spirituelle. Personnellement, j’ai déjà commandé mon agenda 2019 chez MyAgenda, mais je sais que cet article pourra vous intéresser, celles qui l’ont reçu sont conquises.

Les publications de cette semaine spéciale sorcières

Lundi 5 novembre : Le retour en grâce de la sorcières, nouvelle figure du féminisme, article par Le Monde
Mardi 6 novembre : 8 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les sorcières, article par Rue 89
Mercredi 7 novembre : Les stéréotypes de la sorcières, vidéo YouTube d’ABC contre Beren
Jeudi 8 novembre : La société chasse encore des sorcières aujourd’hui, vidéo débat par Mediapart
Vendredi 9 novembre : ma chronique de la série Les nouvelles aventures de Sabrina
Samedi 10 novembre : tirage de votre profil de sorcière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*