Pourquoi est-on créatif ?

Depuis ce matin j’ai une intuition sourde, il faut que je parle de créativité.  J’ai besoin d’être créative, d’écrire des textes, solutionner des problèmes, trouver des idées originales, imaginer des structures. Mais comment aborder la créativité ? Les moyens d’être créatifs sont très personnels et uniques à chacun, c’est ce qui rend toute création unique et merveilleuse. Le rapport entre spiritualité et créativité dépend aussi de chacun, personnellement ces deux notions s’enrichissent mutuellement, mais chez d’autres personnes cela pourra être cloisonné. Et puis en discutant avec mon amie Lucinda (la cheffe cuistot des Apéromancies), elle me dit que la cuisine c’est un moment de bien-être qui la détend, d’abord dans le processus même de cuisiner, avant même d’être dans la saveur du résultat et profiter de ses  (oh combien délicieux) petits plats.

Elle est là, la clé que je cherchais. Pourquoi est-on créatif ? Pas pour le résultat, pas pour l’expérience gagnée, pas pour partager. Pour le processus lui-même. Quand nous sommes dans un élan de créativité, nous avons besoin de créer, non pas pour mettre au monde une oeuvre, mais pour s’imprégner de cette énergie si particulière qui nous accompagne dans le temps de la création.  La création est une énergie. Comment ne l’ai-je pas réalisé plus tôt alors que j’étais enceinte l’an dernier ? C’est un élan, une vibration créatrice d’une autre vibration.

Et dans le moment où nous sommes traversés par cette énergie, on se sent bien. On se sent à notre place. On sent notre enfant intérieur qui se réjouit de cette impulsion, de ce mouvement. Bien sûr, nous sommes galvanisés également par l’attente du résultat. Mais lorsque je rate un gâteau (on est pas tous des Lucinda !), j’ai quand même beaucoup apprécié le moment où je l’ai cuisiné, et l’énergie que j’y ai mise me donnait de l’enthousiasme (bien que le résultat puisse être porteur de frustration, “toute cette énergie pour rien”). Ce temps de création peut faciliter notre approche de la pleine conscience, sans que nous nous en rendions compte. Je ne parle pas de faire la cuisine par automatisme juste dans le seul but de se nourrir, mais bien d’avoir envie de faire la cuisine pour faire la cuisine. Nous faisons pour faire, nous faisons pour créer, nous créons parce que ça nous plaît. Je parle de cuisine, mais cela s’applique à tout : dessin, musique, écriture, vidéos, décoration, méthodologie, enseignement…

Poe

Dans le processus créatif, cette énergie qui nous stimule  est teintée d’une couleur particulière. Cette couleur peut être notre état d’esprit, un parfum dans l’air, une musique, une émotion, une part de nous, de notre histoire, un désir, une pensée. Cette énergie teintée, colorée de toute cette matière inconsciente, je suis convaincue qu’elle imprègne la création finale pour toujours (ou jusqu’à ce que le gâteau soit entièrement mangé…). Et j’imagine que c’est ce que nous ressentons face à une oeuvre. Notre énergie à nous, observateur ou consommateur, sur l’instant, face à l’énergie du créateur dans son processus de création. Les vibrations résonnent entre elles, ou dissonent, peu importe. Notre réaction n’est qu’une réponse à cette énergie, est-ce qu’elle nous parle ? Est-ce qu’elle nous repousse ? Est-ce qu’elle ne nous parle pas du tout  ? Peut-être que l’appréciation de l’art serait de prime abord un phénomène énergétique ?

Je vous prépare un article pour éveiller votre créativité si vous pensez, comme j’ai longtemps pensé à mon sujet, que vous n’êtes pas une personne créative.  Nous le sommes tous. Je pense que nous avons tous un potentiel créatif insoupçonné qui ne demande qu’à s’épanouir et se révéler. Encore faut-il lâcher prise et se lancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*