[Livre] La servante écarlate

Depuis que je fais ce travail, je suis consultée en reiki ou en cartomancie, par de nombreuses femmes qui rencontrent des difficultés à concevoir un enfant. Je pense que dans nos métiers spirituels ou thérapeutiques, nous sommes tous amenés à travailler sur une grande problématique en particulier, qui nous touche plus que les autres. Pour moi, ce sont les couples qui ont des difficultés à avoir un enfant. Et quand je vois que le nombre de ces personnes augmente, je me pose des questions. Je pense que c’est lié à notre mode de vie stressant, à notre alimentation industrielle, aux pesticides, à la pollution, aux perturbateurs endocriniens présents partout dans notre environnement. Que se passerait-il si les enfants devenaient de plus en plus rare ?

L’auteure Margaret Atwood se posait déjà cette question en 1985. Son livre qui a fait grand bruit ses dernières années, La servante écarlate, a même été adaptée en série et a reçu de nombreuses récompenses. J’ai mis la main sur ce classique de la littérature américaine, et je n’ai pas été déçue du voyage.

L’histoire

Dans un monde où la religion a supplanté la science, et où les naissances naturelles sont de plus en plus rares, cette servante écarlate nous raconte son quotidien. La narratrice nous présente une société pyramidale et froide où les femmes et les hommes sont divisés en catégories sociales. Certaines d’entre elles ont le privilège d’être des Servantes, des femmes fertiles destinées aux couples privilégiés qui n’arrivent pas à avoir d’enfants. Privilège d’une prison dorée, car la société veille à les maintenir dans une position où la liberté n’est qu’une vieille fable. Dans cette structure sociale où chacun lutte pour sa propre survie, qui osera faire partie de la résistance ?

Science fiction ou clairvoyance ?

Ce roman est régulièrement présenté comme une dystopie féministe, mais j’ai trouvé que ce dernier point était erroné. Le système pyramidal de cette société religieuse reste très patriarcal, et les femmes comme les hommes voient leurs droits et leurs libertés réduits à néant. On pourrait également penser que cette œuvre traite de la problématique des mères porteuses, c’est partiellement faux.

Le livre aborde avec noirceur et lucidité les dangers d’une nation régie par la religion. Livres brûlés, scientifiques jugés, médecins triés… Cette société élimine toute envie de rébellion en rendant impossible l’accès à la connaissance et à la science. En filigrane, la narratrice nous raconte comment tout cela est arrivé, ses envies d’en finir, son besoin d’aimer à nouveau. Ses souvenirs nous emmènent dans un monde proche du nôtre où la place des hommes et des femmes dans la société est remise en question. Elle puise dans ses mémoires la force qui lui permet de soutenir cette nouvelle réalité dénuée de sens, et tente de revivre ces moments de bonheur avec son conjoint, sa fille, sa mère, sa meilleure amie… Toutes ces personnes que le cours de l’histoire a emporté.

Une portée politique

Ce livre ne cherche pas à apporter de réponses, sa mission est au contraire de poser des questions. Et ces questions ont d’autant plus d’importance aujourd’hui que le nombre des procréations médicalement assistées augmente. Quand à la politique, je laisserai le soin à chacun d’y réfléchir et de se faire son propre avis.

Personnellement, je ne pense pas que cette histoire devienne réalité dans les années à venir. Mais elle est intéressante à prendre en considération pour les futures décisions de vote. Chérissez vos valeurs, c’est ce que nous avons de plus précieux.

2 thoughts on “[Livre] La servante écarlate

  1. Je vais justement me lancer la série quand j’aurai un créneau de dispo (elles doivent faire la queue pour avoir le privilège d’être regardées par moi lol). Je l’ai notée sans savoir vraiment de quoi ça parlait apparemment, puisque j’ai été légèrement surprise de certaines de tes explications lol. Mais j’ai hâte de voir ça du coup 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*